Navigation – Plan du site
Dossier

Présentation

Presentation
Inleiding
Philippe Mesnard
p. 60-65
Traduction(s) :
Inleiding

Résumés

Primo Levi est une figure majeure du témoignage sur le système et l’expérience concentrationnaires. Sa volonté de donner au savoir sur les camps une portée universelle caractérise son action et son engagement. Mais ne voir en lui qu’un témoin, fût-il exemplaire, serait limiter son importance parmi nous. En effet, il est d’autres dimensions qui, bien qu’elles ne soient pas inconnues, demeurent peu reconnues : Primo Levi est un véritable intellectuel qui a su s’engager sur des questions politiques et littéraires. De même, c’est un écrivain, un poète, un romancier, un nouvelliste, un dramaturge, un essayiste, qui nous a laissé une œuvre que la seule catégorie du témoignage ne suffit pas à circonscrire.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Primo Levi, écriture, témoin, Shoah, Auschwitz

Index by keyword :

Primo Levi, writing, witness, Holocaust, Auschwitz

Index van Trefwoorden :

Primo Levi, schrift, getuige, Holocaust, Auschwitz
Haut de page

Texte intégral

1Il y a 70 ans, en janvier 1945, Primo Levi ne savait pas. Il ne savait pas qu’il deviendrait un des témoins exemplaires de la terreur concentrationnaire nazie, même pas qu’il survivrait au camp une fois la liberté recouvrée, tant maladies, malnutrition et la rudesse de l’hiver décimaient ceux qui étaient parvenus à survivre à la terreur SS.

2Puis, de retour, il y a eu pour lui l’expérience multiple de l’écriture qui, de la poésie au roman, du théâtre à l’essai, a succédé aux expériences de la déportation, de l’extermination et de l’internement. En emportant ces expériences avec elle, son écriture les a gardées en leur donnant place dans une œuvre qui ne peut être réduite à sa dimension testimoniale. De 1946 jusqu’aux années 1960, la vie familiale, professionnelle, amoureuse a repris, comme on le dit, ses droits ; un retour à la vie qui traînait ses fantômes aussi, ses cauchemars, ses remords. Par un enchaînement de circonstances, des facilités de réseau et des dates anniversaires, Primo Levi a été appelé à un destin de témoin, qui est devenu son destin – avec les certitudes que contient le mot, mais aussi avec la charge, la pesanteur et la fatigue qu’il recèle. Or, plus il rodait le discours testimonial que l’on attendait de lui et qu’il apprit vite à proférer avec le ton juste, plus il s’éloignait de l’expérience même dont on espérait pourtant qu’il témoigne, non pour la cause trop évidente du temps qui passe, mais parce que, la mémoire, en s’édifiant, a la fâcheuse habitude d’ôter au passé ses aléas et ses ambivalences pour en délivrer une image simplifiée, uniment sombre et pathétique. Primo Levi apprit que la société privilégie la mémoire que l’on attend, plutôt que celle qui vient des confins du passé. Sans pour autant remettre en question les commémorations, il était perturbé par ces nouvelles tournures mémorielles dont les dimensions normatives déclenchaient des réactions qui le heurtaient, quand elles ne le blessaient pas. Ainsi, plus les jeunes le regardaient comme un animal préhistorique, le mot est de lui, plus il portait sur son engagement un regard désenchanté. Plus il devenait le témoin tel que nous le reconnaissons, au point de l’appeler « Levi », comme s’il n’y en avait qu’un, plus il se sentait à l’étroit dans ce costume dont il n’appréciait plus l’étoffe, bien qu’il acceptât de le porter jusqu’à la période la plus obscure de son existence, précédant son suicide.

  • 1 Primo Levi, Conversations et entretiens 1963-1987, traduit de l’italien et de l’anglais par T. Lage (...)

3Comme toutes les grandes figures intellectuelles, l’image de Primo Levi s’est élaborée au miroir de ceux avec qui et par qui il est devenu celui qu’il a été. « Durant quarante années, j’ai construit une sorte de légende autour de lui [Si c’est un homme], en racontant que je l’avais écrit sans plan, d’un jet, sans préméditation. Les gens à qui j’en ai parlé ont accepté la légende1 ». Le problème résulte que, aujourd’hui, c’est à cette construction qu’on l’identifie pleinement, en l’y assignant, en le rivant, en le figeant dans une série trop souvent de clichés ; en somme, en le mémorialisant, en le culturalisant – la mémoire devenant culturelle et la culture, mémorielle. Voilà, l’on n’en sait désormais pas plus que ce que la culture a bien voulu en retenir.

Photographe de classe, vers 1930.

Photographe de classe, vers 1930.

Dernier rang, 2e en partant de la droite.

© D.R., Coll. Ian Thomson.

  • 2 À l’origine de ce dossier, il y a eu la journée d’étude organisée par Philippe Mesnard au mémorial (...)

4Pour tenter de rétablir ce déséquilibre, quelques iconoclastes impénitents, fins, fidèles et scrupuleux lecteurs de Primo Levi se sont rejoints pour constituer ce dossier2. Frediano Sessi retrace l’épisode de Primo Levi au contact de résistants dans ces montagnes chaotiques qui, à partir de septembre 1943, voyaient se croiser les déserteurs de l’armée régulière italienne refusant d’intégrer les rangs de la République sociale italienne placée sous le commandement de Mussolini, des partisans antifascistes, certains groupes d’obédience communiste, d’autres rattachés au Parti d’action de Giustizia e Libertà, d’orientation libérale, se croisaient aussi des espions fascistes, des soldats perdus et des civils qui ne l’étaient pas moins, ainsi que des Juifs qui tentaient de fuir les persécutions et les assassinats que perpétraient les troupes allemandes d’occupation ou les troupes du Duce. C’est là que Primo Levi se retrouve, en attente d’une fuite ou d’un engagement et c’est là, bien sûr, qu’il se fait arrêter pour être déporté, via Fossoli, à Auschwitz. Les détails de l’épisode de ce séjour au Val d’Aoste restent peu connus même s’il bénéficie aujourd’hui de documents jusqu’alors inédits apportant de nouveaux éclairages parmi lesquels nous avons privilégié celui de Frediano Sessi.

5Comment l’écriture de Si c’est un homme se réalise-t-elle à travers plusieurs textes, débordant eux-mêmes de et en plusieurs livres qui se répondent et dialoguent à travers leur propre genre ? Comment, aussi étonnant que cela puisse paraître à ceux qui assignent le témoignage à la vérité, l’écriture de fiction et même de science-fiction permet à Primo Levi de venir à bout d’un projet dont il ne se doutait pas qu’en 1946 – lorsqu’il commence à écrire la première version de Si c’est un homme – il deviendrait le témoignage exemplaire sur Auschwitz, au programme de l’enseignement secondaire en France, dans certaines régions en Belgique, et en Italie ? Ce sont là les questions que développe Philippe Mesnard. Luba Jurgenson revisite Le Système périodique qui appartient au versant littéraire de l’œuvre ; ce versant trop souvent négligé au profit des questions de témoignage et de mémoire. À l’encontre d’une lecture trop fréquente, ce recueil de vingt et une nouvelles, jouant avec le pacte autobiographique que serait tenté de nouer le lecteur, n’apparaît pas déterminé par un mode de pensée issu de la chimie, mais constitue, écrit l’auteur, « une stratégie d’insertion au sein du processus littéraire contemporain ». On l’aura compris, après les précisions nécessaires sur la question de la résistance, ce dossier insiste à mettre en avant la valeur et la dimension intentionnellement littéraires de l’œuvre de Primo Levi. Carlo Ginzburg livre, à travers un dialogue entre Italo Calvino et Primo Levi et convoquant Manzoni, une réflexion sur la question de la zone grise, sans rien céder au lieu commun, dont Primo Levi a été capable d’affronter les pièges. C’est d’ailleurs lorsque Primo Levi travaille sur cette notion dont il n’épuisera pas les ambiguïtés que Daniela Amsallem vient le rencontrer. Elle nous livre ainsi les moments de leur entretien.

1936. Lycée d’Azeglio. Photographie de classe.

1936. Lycée d’Azeglio. Photographie de classe.

Dernier rang, 4e en partant de la gauche.

© D.R., Coll. Ian Thomson.

  • 3 Primo Levi, Rapport sur Auschwitz, traduit de l’italien par Catherine Petitjean, présentation et ap (...)

6Alors que l’on commémore les 70 ans de l’arrivée de l’Armée rouge à Auschwitz, marquant la définitive libération du camp, et en mai 2015 la fin de la Seconde Guerre mondiale, il nous a semblé important de republier3 l’entretien réalisé avec Primo Levi par Daniel Toaff et Emmanuele Ascarelli, en juin 1982, alors qu’il effectuait son second voyage à Auschwitz (le premier, très officiel, datait de 1965). Il y découvre une Pologne qui ne ressemble pas à celle qu’il a connue quarante, puis dix-sept ans auparavant. Ce n’est plus la même atmosphère, la langue même est différente, l’on est au seuil de la période hautement mémorielle dans laquelle, aujourd’hui, il semble que nous sommes totalement immergés. Car il faut aussi considérer que Primo Levi, qui se suicide le 11 avril 1987, disparaît alors que, mondialement, de grands projets artistiques, institutionnels et politiques posent les bases des structures de l’actuelle culture mémorielle, à commencer par la campagne d’enregistrement vidéo de tous les survivants de la Shoah à travers le monde, d’abord menée par Fortunoff à Yale, dont la Fondation Auschwitz a été le partenaire pour la Belgique, et relayée par la Fondation Spielberg. Qu’aurait pensé Primo Levi de l’archivage généralisé de ses parcours ?

Haut de page

Notes

1 Primo Levi, Conversations et entretiens 1963-1987, traduit de l’italien et de l’anglais par T. Laget, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 82.

2 À l’origine de ce dossier, il y a eu la journée d’étude organisée par Philippe Mesnard au mémorial de la Shoah, en partenariat avec celui-ci et la Fondation Auschwitz, le 11 avril 2012, pour commémorer les vingt-cinq ans de la disparition de Primo Levi.

3 Primo Levi, Rapport sur Auschwitz, traduit de l’italien par Catherine Petitjean, présentation et appareil critique Philippe Mesnard, Paris, Kimé, 2005, p. 97-110.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographe de classe, vers 1930.
Légende Dernier rang, 2e en partant de la droite.
Crédits © D.R., Coll. Ian Thomson.
URL http://temoigner.revues.org/docannexe/image/1402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 1936. Lycée d’Azeglio. Photographie de classe.
Légende Dernier rang, 4e en partant de la gauche.
URL http://temoigner.revues.org/docannexe/image/1402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Mesnard, « Présentation », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 60-65.

Référence électronique

Philippe Mesnard, « Présentation », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1402 ; DOI : 10.4000/temoigner.1402

Haut de page

Auteur

Philippe Mesnard

Rédacteur en chef.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org