Navigation – Plan du site
Dossier

Biographie

Biography
Biografie
p. 133-134
Traduction(s) :
Biografie

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Primo Levi, biographie, chronologie

Index by keyword :

Primo Levi, biography, chronology

Index van Trefwoorden :

Primo Levi, biografie, chronologie
Haut de page

Texte intégral

11919. 31 juillet. Primo Levi naît à Turin, dans un appartement au troisième étage de l’élégant immeuble situé au n° 75 du Corso Re Umberto. Il y habite toute sa vie. Sa famille appartient à la moyenne bourgeoisie juive piémontaise, assimilée et parfaitement intégrée à la vie du pays.

21921. Naissance de sa sœur Anna Maria, à laquelle il sera attaché toute sa vie.

31922. 30 octobre. Marche sur Rome. Le roi Victor Emmanuel III confie à Mussolini la charge de former le nouveau gouvernement : début du fascisme.

41934. Levi entre au Lycée D’Azeglio de Turin où exercent des enseignants illustres et opposants au fascisme (Auguste Monti, Franco Antonicelli, Norberto Bobbio, Cesare Pavese).

51937. Levi s’inscrit aux cours de chimie à la Faculté des Sciences de l’Université de Turin.

61938. 6 octobre. Promulgation des lois raciales en Italie. Primo Levi commence à fréquenter des cercles d’étudiants antifascistes. Bien que les écoles publiques soient désormais interdites aux Juifs, il est permis à ceux qui sont déjà inscrits de terminer leurs études à l’Université.

71940. 10 juin. L’Italie entre en guerre contre la France et la Grande Bretagne.

81941. 12 juin. Levi obtient son diplôme de Chimie avec la note maxima et les félicitations du jury. Son diplôme porte la mention di razza ebraica (de race juive). II cherche du travail pour subvenir aux besoins de sa famille, car son père, atteint d’une tumeur, est mourant. Il trouve un emploi semi clandestin dans le laboratoire de chimie d’une mine d’amiante près de Lanzo.

91942. Primo Levi est embauché à Milan par l’entreprise suisse de médicaments Wander ; il décrira cette expérience dans le chapitre « Phosphore » du Système périodique. II fréquente un groupe de jeunes intellectuels juifs turinois qui habitent Milan, parmi lesquels se trouve Vanda Maestro.

101943. Entre septembre et décembre, il séjourne dans le Val d’Aoste, aux environs d’Amay (St. Vincent). Il y est arrêté avec Vanda Maestro et Luciana Nissim, à l’aube du 13 décembre par trois cents miliciens fascistes pensant surprendre un important groupe de partisans. Il est enfermé dans une caserne d’Aoste et, durant son interrogatoire, il reconnaît être juif.

111944. Envoyé dans le camp d’internement de Fossoli, près de Modène, à la fin de janvier, Levi est déporté le 22 février dans un convoi de 650 Juifs à destination d’Auschwitz. II survit dans le camp de Buna-Monowitz pendant onze mois.

121945. 11 janvier. Levi, atteint par la scarlatine, est hospitalisé à l’infirmerie du camp. 17 janvier. Les SS évacuent le camp d’Auschwitz avec 60 000 prisonniers. Libéré par les Russes le 27 janvier, Levi séjourne pendant quelques mois dans le camp de transit soviétique de Katowice, en Pologne. Son voyage de retour en Italie, commencé en juin, ne s’achève qu’en octobre après un long et exténuant périple. Ayant atteint Turin le 19 octobre, il retrouve sa maison toujours debout et sa famille en vie.

131946. Levi est embauché dans l’usine de vernis DUCO-Montecatini à Avigliana, près de Turin.

141947. II épouse Lucia Morpurgo. Le manuscrit de Se questo è un uomo est refusé par la maison d’édition turinoise Einaudi. Il sera publié, grâce à l’intervention de Franco Antonicelli, par les éditions De Silva à 2 500 exemplaires. Le livre est accueilli par des critiques favorables mais il se vend peu. Estimant avoir accompli son devoir de témoin, Levi se consacre entièrement à sa profession de chimiste. En décembre, il accepte un poste dans le laboratoire d’une petite usine de vernis, la SIVA située entre Turin et Settimo Torinese.

151948. Naissance de sa fille Lisa Lorenza.

161955. 28 mai 1955, une importante exposition photographique sur la Résistance est inaugurée au Palazzo Madama de Turin. Un seul panneau y est réservé à la déportation où ne sont montrés que des dessins. À cette occasion, Levi prend position comme témoin et survivant du génocide des Juifs.

171957. Naissance de son fils Renzo.

181958. Une édition revue, corrigée et augmentée de Se questo è un uomo est publiée aux éditions Einaudi.

191959. Se questo è un uomo est traduit en Angleterre et aux États-Unis.

201961. Parution des éditions française et allemande de Se questo è un uomo (la traduction française est de très mauvais qualité).

211962. Il rédige La tregua (La Trêve), qui constitue la suite logique de son premier livre. La Radio Canadienne réalise une adaptation radiophonique de Se questo è un uomo, très appréciée par Levi, qui en propose une autre à la RAI italienne.

221963. Publication par l’éditeur Einaudi de La tregua qui, obtenant des critiques très favorables, est couronné par le Prix Campiello de Venise.

231965. Levi retourne à Auschwitz pour une cérémonie commémorative polonaise.

241966. II publie, sous le pseudonyme de Damiano Malabaila, Storie naturali (Histoires naturelles), un recueil de récits de science-fiction écrits sur une période de plusieurs années. Il collabore avec Pier Alberto Marché pour la version théâtrale de Se questo è un uomo, qui est présentée le 18 novembre au Théâtre Carignano de Turin. La Trêve est publiée aux éditions Grasset.

251967. Son recueil Storie naturali obtient le Prix Bagutta.

261970. Parution de ses vingt-trois premières poésies à Turin, dans une édition anonyme et privée de trois cents exemplaires réservés aux amis.

271971. Levi publie sous son véritable nom une deuxième série de récits : Vizio di forma (Vice de forme).

281972-1973. II effectue plusieurs voyages en Union Soviétique pour des raisons de travail. À Togliattigrad, la présence de nombreux ouvriers spécialisés italiens l’incite à décrire leurs expériences et leur savoir-faire, ce qu’il fera dans La chiave a Stella (La Clef à molette).

291975. Levi décide de prendre sa retraite et de se consacrer entièrement au métier d’écrivain. Il restera cependant encore deux années dans son entreprise à titre de consultant. Il publie aux éditions Scheiwiller de Milan un recueil de poèmes : L’osteria di Brema (La Taverne de Brême) et Il sistema periodico (Le Système périodique) aux éditions Einaudi. Ce livre obtient le prix Prato pour la Résistance.

301978. Publication chez Einaudi de La chiave a Stella qui obtient le Prix Strega.

311982. Avril. Parution chez Einaudi de Se non ora, quando ? (Maintenant ou jamais), roman qui relate les vicissitudes d’un groupe de partisans juifs d’Europe orientale. Le succès du livre, en Italie, est immédiat. Il obtient en juin le Prix Viareggio et en septembre le Prix Campiello. Juin. Deuxième retour à Auschwitz comme guide d’un groupe.

321984. Levi rencontre en juin, à Turin, le physicien Tullio Regge avec qui il s’entretient de divers sujets scientifiques et culturels. La transcription de la conversation est publiée en décembre par les Edizioni di Comunità sous le titre : Dialogo (Dialogue). Publication en octobre, chez Garzanti, du deuxième recueil de poésies, Ad ora incerta (À une heure incertaine), comprenant le précédent volume de 1975 et d’autres poésies plus récentes, avec des traductions, principalement de Heine. En septembre, il achète un ordinateur avec traitement de texte, qui deviendra son « partenaire » dans l’écriture et auquel il consacrera un bel article dans La Stampa du 15 novembre : « Personal Golem ». En novembre, paraît l’édition américaine de Il sistema periodico (The Periodic Table) accueillie par les jugements élogieux de l’écrivain et Prix Nobel de littérature Saul Bellow et d’autres éminents critiques littéraires. Le succès du livre est immédiat.

331985. Levi publie chez Einaudi L’altrui mestiere (Le Métier des autres), un recueil de divers écrits parus pour la plupart dans La Stampa. En avril, il se rend aux États-Unis pour une série de rencontres et de conférences dans des universités, à l’occasion de la traduction de Se non ora, quando ? (If not now, when ?) en anglais.

341986. En avril, Levi publie I sommersi e i salvati (Les Naufragés et les rescapés), qui représente la somme de ses réflexions sur l’univers concentrationnaire, puis il se rend en Angleterre et en Suède. L’engouement pour ses œuvres se poursuit aux États-Unis, avec la publication de La Chiave a Stella (The Monkey’s Wrench) et d’un choix de nouvelles parues dans Lilit e altri racconti (Moments of Reprieve). À cette occasion, le New York Times consacre à l’écrivain turinois la première page de son supplément littéraire du 12 octobre, comprenant un long entretien avec Philip Roth, qui l’a rencontré à deux reprises, en avril à Londres et en septembre à Turin (« A Man Saved By His Skills »).

351987. En première page de La Stampa, le 22 janvier, paraît son dernier article « Buco nero di Auschwitz » (« Trou noir d’Auschwitz »), où il réfute point par point les thèses des historiens relativistes allemands. En mars, Levi subit une opération chirurgicale.

36Le 11 avril, il se suicide en se jetant du troisième étage au bas de la cage d’escalier de son immeuble à Turin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Biographie », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 133-134.

Référence électronique

« Biographie », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1463 ; DOI : 10.4000/temoigner.1463

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org