Navigation – Plan du site
Dictionnaire testimonial et mémoriel

Les frontoviki : écrivains combattants soviétiques

The frontoviki: soviet soldier-poets
Frontoviki: Soviet schrijvers-soldaten
Luba Jurgenson
p. 173
Traduction(s) :
The frontoviki: soviet soldier-poets

Texte intégral

1Ce mot désigne ceux qui ont une expérience du front, plus spécifiquement des fronts de la « Grande Guerre patriotique » (nom soviétique, puis russe de la Seconde Guerre mondiale), qu’ils aient pris part aux combats ou accompagné l’armée en tant que correspondants. Dans l’immense flot des textes qui ont pour sujet la guerre, on distingue ainsi ceux qui, indépendamment de leur forme (reportage, fiction, poésie), sont légitimés par le vécu personnel et dont les auteurs se sont exposés au danger de mort. Dès le début de la guerre, les écrivains sont mobilisés pour produire un discours fédérateur appelé à consolider l’alliance du peuple soviétique et du gouvernement face à la menace de destruction radicale. Cette alliance se fait sous le signe d’une identité russe orthodoxe ainsi qu’en témoigne le célèbre discours de Staline du 3 juillet 1941, où il ressuscite la formule « Chers frères et sœurs » s’adressant aux citoyens soviétiques comme un prêtre à ses paroissiens. La nouvelle identité vaut pour l’ensemble de l’Union conçue dans sa dimension impériale : elle forme le contexte des déportations ethniques qui s’accomplissent au même moment et annonce déjà la campagne antisémite de l’après-guerre.

2La littérature aura pour tâche à la fois d’expliquer et de justifier la débâcle de la première année de la guerre, de montrer l’héroïsme des Soviétiques inspiré par le Parti et la figure de Staline) et d’appeler à la vengeance contre les Allemands (Simonov, Ehrenbourg). Un certain nombre de tabous tenaces s’imposent, notamment sur la collaboration massive de la population des territoires occidentaux récemment annexés à l’URSS. Toutefois, le « pas en arrière » accompli par l’idéologie est perçu comme une certaine libéralisation, ce qui crée un bref espoir en une réconciliation entre le pouvoir et le peuple et en la fin des répressions. Il souffle ainsi un léger vent de liberté dans les tranchées, favorisé aussi par la violence totale à laquelle les frontoviki doivent faire face. Cela explique l’audace (relative) que se permettront certains écrivains comme Tvardovski avec son épopée Vassili Tiorkine, où le nom de Staline n’est pas mentionné, ou Nekrassov dont Dans les tranchées de Stalingrad s’écarte de la ligne officielle.

3Le label de frontovik apparaît dans l’espace littéraire soviétique comme garant d’une vérité factuelle et psychologique, attestée par la condition de témoin oculaire et contrôlée en haut lieu. La littérature de la guerre sera ainsi l’occasion de perfectionner le canon imposé au témoignage écrit, envisagé d’emblée comme une construction (et toujours supervisé par un écrivain de métier), jamais comme l’expression spontanée d’une subjectivité aux prises avec le vécu. Cependant, si la plupart du temps, la « vraie guerre » est tue ou consignée dans les journaux intimes, l’épreuve de la vérité conduira certains de ces écrivains à la contestation (Tvardovski), à la dissidence (Nekrassov), voire à l’affrontement direct avec le parti (Grossman).

Haut de page

Bibliographie

Vassili Grossman, Années de guerre, Éditions en langues étrangères, Moscou, 1946 ; Vie et Destin in Œuvres, Paris, Laffont, 2006 ; Carnets de Guerre, Paris, Calmann-Lévy, 2005.

Viktor Nekrassov, Dans les tranchées de Stalingrad, Paris, Presses de la Cité, 1963.

Alexandre Tvardovski, Vassili Tiorkine dans l’autre monde, Lausanne, l’Age d’Homme, 1990.

Constantin Simonov, Les Jours et les nuits de Stalingrad – récit d’un témoin, Paris, éd. Colbert, 1945.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luba Jurgenson, « Les frontoviki : écrivains combattants soviétiques », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 173.

Référence électronique

Luba Jurgenson, « Les frontoviki : écrivains combattants soviétiques », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1485 ; DOI : 10.4000/temoigner.1485

Haut de page

Auteur

Luba Jurgenson

EUR’ORBEM.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org