Navigation – Plan du site
Dictionnaire testimonial et mémoriel

Bartolomé de Las Casas

Bartolomé de Las Casas
Bartolomé de Las Casas
Nejma Kermele
p. 174-175

Texte intégral

1Bartolomé de Las Casas (1474-1566) a consacré sa vie à défendre les Indiens d’Amérique dont les Espagnols avaient entrepris de conquérir les terres, et de convertir depuis la découverte du continent par Christophe Colomb en 1492. Parti au Nouveau Monde en 1502 au tout début de la Conquête, le colon Las Casas connut une véritable conversion en écoutant le sermon du dominicain Antonio de Montesinos, prononcé un dimanche de l’Avent de l’année 1511 sur l’île Hispaniola (actuelle République Dominicaine). Montesinos dénonçait avec force les modalités d’exploitation de la population indigène qui, sous le coup redoublé des attaques microbiennes et des exactions des espagnols, connaissait un effondrement démographique terrifiant. Devenu dominicain, Las Casas n’eut de cesse de combattre les fondements idéologiques de la colonisation et ses modalités pratiques, dénonçant sans relâche l’iniquité du système de la Encomienda, qui, de fait, permettait l’asservissement des Indiens. Témoin essentiel des cinquante premières années de la Conquête, Las Casas fut un acteur fondamental du débat théorique, théologique et politique qui animait l’Espagne de cette époque autour des questions liées à la Conquête, à la Guerre juste, à l’exercice légitime du pouvoir et à l’évangélisation. Sous l’influence du dominicain, Charles Quint promulgua en 1542 un nouveau corpus législatif. Ces Lois Nouvelles abolissaient la Encomienda et furent à l’origine de violentes révoltes notamment dans la toute jeune vice-royauté du Pérou, obligeant l’empereur à transiger. Soucieux d’établir la légitimité des droits de l’Espagne à gouverner l’Amérique, Charles Quint convoqua une réunion (la bien connue Controverse de Valladolid [1550-1551]) au cours de laquelle Las Casas, alors nommé évêque de Chiapas en 1543, s’opposa violemment à Juan Ginés de Sepúlveda, humaniste éminent, partisan de la théorie de l’esclavage par nature fondée sur des principes aristotéliciens et appliquée aux Indiens d’Amérique. Ces activités d’homme de terrain et de penseur politique engagé s’appuyaient sur des écrits. Le plus célèbre d’entre eux reste sans conteste la Très brève relation de la destruction des Indes (1552) dans lequel Las Casas énumérait les horreurs de la Conquête montrant qu’elle avait abouti à la négation de l’autre et à son anéantissement. Cette œuvre polémique, à la dimension prophétique, n’est pas isolée dans la production de Las Casas qui comprend d’autres œuvres de combat, comme l’Histoire des Indes et l’Histoire Apologétique des Indes dont le but était de construire et de défendre la mémoire et l’histoire des Indiens d’Amérique. Las Casas y démontrait la totale rationalité des populations indigènes et affirmait avec force l’unicité de la race humaine. Penseur complexe, ne reculant pas devant la polémique, homme de foi, combattant acharné, Las Casas devint pour l’histoire collective l’un des premiers défenseurs des droits de l’homme.

Haut de page

Bibliographie

Marcel Bataillon, Études sur Bartolomé de Las Casas, Paris, Centre de recherches de l’Institut d’Études Hispaniques, 1966.

Bernard Lavallé, Bartolomé de Las Casas, entre l’épée et la Croix, Payot, Paris, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nejma Kermele, « Bartolomé de Las Casas », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 174-175.

Référence électronique

Nejma Kermele, « Bartolomé de Las Casas », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1490 ; DOI : 10.4000/temoigner.1490

Haut de page

Auteur

Nejma Kermele

Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org