Navigation – Plan du site
Chroniques

« Nouvelles histoires de fantômes » : de l’image comme survivance mémorielle

New Ghost Stories: Images as memorial survival
Nieuwe spookverhalen’: hoe de herinnering overleeft in het beeld
Isabelle Galichon
p. 32-33
Traduction(s) :
New Ghost Stories: Images as memorial survival

Résumés

Exposition. G. Didi-Huberman et A. Gisinger se sont associés pour mettre en œuvre et faire parler la trace et le montage. Même si l’exposition, en tant qu’événement, est passée, elle peut être à juste titre gardée en mémoire pour mieux comprendre ce qui – fantômes, spectres, esprit ? – va la suivre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Johann Joachim Winckelmann, Histoire de l’art chez les Anciens, (1764), Paris, Bossange, Masson (...)

1« Semblable à cette amante [éplorée qui suit de ses yeux le vaisseau qui lui ravit son amant], nous n’avons plus, pour ainsi dire, que l’ombre de l’objet de nos vœux ; mais sa perte accroît nos désirs, et nous contemplons les copies avec plus d’attention que nous n’aurions fait des originaux, s’ils eussent été en notre possession. Nous sommes souvent, à cet égard, dans le cas de ceux qui, persuadés de l’existence des spectres, s’imaginent voir quelque chose où il n’y a rien1. »

2Ce sont ces images plus proches des spectres que Didi-Hubermann ne cesse de questionner depuis une trentaine d’années afin de sonder ce qui persiste dans la trace iconographique d’une geste de la lamentation, de ce qu’Aby Warburg nommait les « formules pathétiques ». L’idée de survivance, cet « après-vivre » tel que le signifie le Nachleben warburgien, propose un nouveau régime de la mémoire fondé sur une temporalité autre.

Exposition au Palais de Tokyo à Paris : « Nouvelles histoires de fantômes ».

Exposition au Palais de Tokyo à Paris : « Nouvelles histoires de fantômes ».

© André Morin.

3Cette exposition au Palais de Tokyo intitulée « Nouvelles histoires de fantômes » se situe à l’entrecroisement de l’histoire, de l’art et de la philosophie et trouve son origine dans la planche 42 de l’atlas Mnémosyne d’Aby Warburg, dans sa dernière version de 1929. Tel un work in progress, cette installation évolue dans le temps depuis sa première version, « Atlas » présentée au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (Madrid) en 2010. En 2011, Arno Gisinger, sur la demande de Didi-Hubermann, porte son regard de photographe sur « Atlas » lors de son passage à Hambourg en 2011, et en livre une « interprétation photographique ». En 2012, l’exposition, au Fresnoy, devient « Histoires de fantômes pour grandes personnes » : elle associe la collaboration des deux artistes et trouve sa version « définitive » au Palais de Tokyo après avoir transité au Museo de Arte do Rio en 2013.

4Ainsi, l’idée du montage propre à l’atlas, dans le cadre duquel il est utilisé comme procédé, est mise en abyme : le montage devient alors processus. C’est non seulement « une exposition à l’époque de sa reproductibilité technique », mais encore un montage présenté en quatre dimensions. Les photographies de Gisinger disposées au mur sont associées aux projections cinématographiques sélectionnées par Didi-Hubermann, au sol, auxquelles s’ajoute une bande-son dont le carillon d’une cloche fait vibrer le visiteur sur son passage. « L’Atlas », en tant que mémoire spectrale des lamentations, dans sa version des « Nouvelles histoires de fantômes », se mue presque en une expérience cinesthésique. Dans cet espace de près de mille mètres carrés de la Grande Verrière du Palais de Tokyo, il ne s’agit plus de s’imaginer « voir quelque chose où il n’y a rien », mais de percevoir la survivance des images en tant que conscience perceptive, au sens où l’entend Merleau-Ponty. Les fantômes sont parmi nous…

  • 2 Gilles Deleuze, Félix Guattari, Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 388.
  • 3 Georges Didi-Hubermann, Essayer voir, Paris, Minuit, 2014, p. 36-37.

5Le flow d’images, à la fois fixes au mur et défilant sur le sol, impulse un rythme plutôt qu’une énergie comme « acte du rythme devenu expressif2 ». Il est vain de dire que les résonnances iconographiques dialoguent entre elles : c’est une communauté disparate qui « parle » à l’unisson d’Eisenstein à Angelopoulos, de Godard à Richter. Plus que jamais, le rapport entre l’image et la parole est perceptible. « Toucher du temps, voilà en effet ce que peut une image, à condition d’être « dialectique », à condition d’organiser avec justesse ses monades (ses « taches de mémoire ») et ses montages (ses constellations de mémoire)3.

6Pour poursuivre l’expérience perceptive de la survivance à laquelle nous convie Didi-Hubermann, mais en basculant dans le domaine de la fiction, nous suggérons l’expérience d’Under the skin de Jonathan Glazer au cinéma : la survivance est non seulement perceptible dans le montage et portée par le rythme du film, mais elle est mise en intrigue. Nouvelle histoire de fantôme…

Haut de page

Bibliographie

« Nouvelles histoires de fantômes »
Georges Didi-Hubermann et Arno Gisinger
En collaboration avec Le Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains
Du 14 février au 7 septembre 2014.

Haut de page

Notes

1 Johann Joachim Winckelmann, Histoire de l’art chez les Anciens, (1764), Paris, Bossange, Masson&Besson, 1794-1803, p. 515-516 cité par Georges Didi-Hubermann, in L’Image survivante, Paris, Minuit, 2002, p. 17.

2 Gilles Deleuze, Félix Guattari, Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 388.

3 Georges Didi-Hubermann, Essayer voir, Paris, Minuit, 2014, p. 36-37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Exposition au Palais de Tokyo à Paris : « Nouvelles histoires de fantômes ».
Crédits © André Morin.
URL http://temoigner.revues.org/docannexe/image/1565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Galichon, « « Nouvelles histoires de fantômes » : de l’image comme survivance mémorielle », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 32-33.

Référence électronique

Isabelle Galichon, « « Nouvelles histoires de fantômes » : de l’image comme survivance mémorielle », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1565 ; DOI : 10.4000/temoigner.1565

Haut de page

Auteur

Isabelle Galichon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org