Navigation – Plan du site
Librairie

Peter Longerich, Goebbels

Jean-François Forges
p. 192-193
Référence(s) :

Peter Longerich, Goebbels, traduit de l’allemand par Raymond Clarinard, Paris, Héloïse d’Ormesson, 2013, 880 p.

Traduction(s) :
Peter Longerich, Goebbels, een biografie

Texte intégral

« Nous, Allemands, nous ne savons peut-être pas vivre. Mais pour mourir, nous sommes prodigieux. » Goebbels, 1933.

1Le graphomane Goebbels a commencé à écrire quand, adolescent narcissique, il se prenait pour Schiller. En 1924, il se présente comme « communiste allemand » et toute sa vie il va se croire socialiste tout en acceptant, avec quelques hésitations vite oubliées, les avantages du pouvoir, voitures, palais, bateaux. Il est violemment opposé au christianisme et prévoit l’extermination des curés d’autant plus qu’il n’est pas loin de penser que « les nationaux-socialistes sont les seuls chrétiens authentiques. » Mais, il sait la force des Églises et se marie religieusement, paye l’impôt d’Église et s’oppose à Adolf Wagner, le Gauleiter de Munich-Haute-Bavière, qui veut enlever le crucifix des murs des écoles. Mais peu importe les opinions de Goebbels. Il est prêt à en changer pour complaire à celui à qui il a décidé de vouer sa vie.

2Goebbels est totalement fasciné par Hitler. Sa rencontre avec ce dernier qu’il compare avec le Christ est un signe du ciel. Il est dans une passion explicitement religieuse, voire amoureuse pour lui. Hitler joue de cette dépendance. Il intervient dans la vie privée de Goebbels pour lui indiquer s’il doit se marier ou s’il doit ou non divorcer. Les rapports de Hilter avec la femme de son ministre « à l’éducation du peuple et à la propagande », Magda, sont singulièrement ambigus et Longerich, évoquant les visites que fait la femme de Goebbels, seule, à la Chancellerie, parle même de « mariage à trois ». De toute manière, Hitler est un familier des époux Goebbels qui sont ses confidents. Quand Goebbels a « malheureusement » une fille comme premier enfant, Hitler le console : « Un garçon y aurait trop perdu à être comparé à son père. » Mais Hitler va aimer cette fille « comme sa propre enfant ».

3Pourtant, malgré cette proximité de Goebbels avec son Führer, aucune grande décision politique n’est prise en concertation avec lui. Dès la prise du pouvoir, il est presque toujours mis devant le fait accompli sur lequel il doit pourtant adapter la propagande. Il est écarté des décisions d’intervention en Espagne. Il n’est averti ni de l’attaque contre la Pologne ni de celle contre l’Union soviétique qui le surprend totalement, il aurait été informé tardivement du début de la politique de l’euthanasie. Il n’est pas informé de la fin de la bataille de Koursk et Hitler tarde à lui dire la vérité sur le débarquement en Normandie. Hitler n’est même pas convaincu par le concept de Goebbels de la « guerre totale ».

4Cependant, Longerich pense qu’à la lecture de ses carnets, on peut supposer que Goebbels est informé des massacres commis dès le début de la guerre à l’Est.

5En tout cas, malgré ses efforts pour contrôler ses relations personnelles avec le Führer, il n’arrive jamais à s’imposer comme le seul maître de l’éducation et de la propagande. C’est Otto Dietrich qui est le chef du service de presse, pourtant un secteur essentiel de la propagande. Goebbels ne maîtrise pas davantage la propagande à l’étranger, entre les mains des services du ministère des Affaires étrangères de Joachim von Ribbentrop. Et il doit compter avec l’influence d’Alfred Rosenberg pour exposer la doctrine du national-socialisme en vue de l’éducation des masses.

6Longerich, dans son livre sur Himmler, avait consacré un petit paragraphe pour dire que le Reichsführer n’aurait pas été très haut placé si on lui avait appliqué les « critères raciaux » de la SS. Pour Goebbels, un de ces hommes qui déterminait la valeur des autres sur leur seule apparence, leur taille, la forme de leur crâne ou la couleur de leurs cheveux, Longerich évoque seulement sa « taille fluette ». On peut comprendre que Goebbels ne s’entendait pas avec Rosenberg, le chantre des grands blonds nordiques dolichocéphales.

7S’il n’a pas lui-même la capacité de la violence physique, il est doué pour la violence de la parole. On le voit souvent dans des procès, au Reichstag ou au Parlement de Prusse, hurler et inciter à la violence. C’est lui qui pousse à la « guerre totale » et qui encourage le lynchage des aviateurs alliés abattus sur le territoire du Reich. C’est surtout lui qui, devançant Hitler lui-même, pousse aux violences contre les Juifs, de la Nuit de Cristal jusqu’aux déportations. C’est lui qui veut marquer les Juifs et il est obsédé par le départ de tous les Juifs de Berlin. Il pense que ceux-ci, fauteurs de guerre doivent être éradiqués « d’une façon ou d’une autre ». Leur « destin est dur mais mérité » même si leur peine est « barbare ». Le 10 octobre 1941, il parle dans un discours de « l’anéantissement des Juifs ». Mais il comprend aussi que les nationaux-socialistes « ont brûlé leurs vaisseaux » et que la participation des Hongrois à la politique nazie contre les Juifs, les empêche de faire marche arrière et les lie au destin du Reich.

8Les passages consacrés par Longerich au cinéma, le moyen le plus puissant de la propagande, sont cependant décevants. Il montre Goebbels plutôt bienveillant avec Fritz Lang, mais il émet des doutes sur le récit fait par Lang et accepté en général de sa rencontre avec Goebbels. Ce dernier ne s’entend pas avec Leni Riefenstahl. Il la trouve trop brouillonne et, évidemment, hystérique. Il admet qu’elle est douée mais « si seulement c’était un homme ! » Ainsi c’est le parti et non le ministère de la propagande qui finance Triomphe de la Volonté. Longerich pourrait ajouter que c’est Bormann, sur les fonds de Hitler, qui finance pendant la guerre le film Tiefland où Leni Riefenstahl joue une danseuse tsigane.

9Mais, dans l’ensemble, Goebbels reconnait l’échec de la politique culturelle nationale-socialiste. « Les films sont mauvais » et il convient aussi de la faiblesse de l’art et de la littérature.

10Goebbels est conscient de l’inquiétude des Berlinois devant le risque de guerre et il note les réactions négatives de la population devant les déportations. Cependant, il ne mesure pas aussi bien que le SD (le Service de Sécurité) la dégradation de l’opinion allemande devant la tournure que prend la guerre en particulier du fait des bombardements aériens. L’image de Hitler se dégrade dans l’esprit des Allemands alors que toute la propagande de Goebbels reposait sur l’exploitation du charisme hitlérien. Les nombreuses visites que fait Goebbels – contrairement à Hitler – dans les villes anéanties (Longerich indique systématiquement le nombre de morts dans chacune des cités détruites) ne parviennent pas à faire revenir l’opinion vers le national-socialisme et la personne de Hitler. Longerich conteste l’image de Goebbels, « virtuose » de la propagande.

11Le livre de Longerich est un exemple de ce qui ne se fait guère en France à propos de l’histoire du national-socialisme : un livre clair, factuel, chronologique et divisé en chapitres relativement courts et faciles à lire. Déjà, l’éditeur avait cru bon de présenter la biographie de Himmler par Longerich à l’aide d’une formule publicitaire, sur la première page : « l’éclosion quotidienne d’un monstre ordinaire. » Pour la biographie de Goebbels, la citation de Die Welt : « une biographie définitive » est très inadaptée. Le mot « définitif » ne fait pas partie du langage historique (la publication de la biographie de Himmler en édition de poche évite heureusement ces inconvénients).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Forges, « Peter Longerich, Goebbels », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 192-193.

Référence électronique

Jean-François Forges, « Peter Longerich, Goebbels », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1621

Haut de page

Auteur

Jean-François Forges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org