Navigation – Plan du site
Librairie

Omer Bartov, Eric D. Weitz, Shatterzone of Empires

Luba Jurgenson
p. 193-196
Référence(s) :

Omer Bartov, Eric D. Weitz (dir.), Shatterzone of Empires, Bloomington, Indiana University Press, 2013, 543 p.

Traduction(s) :
Omer Bartov, Eric D. Weitz, Shatterzone of Empires

Texte intégral

1Le titre Shatterzone of Empires annonce d’emblée l’approche choisie par Omer Bartov et Eric D. Weitz : la « zone de brisure » des quatre empires, dont les éclats formeront à l’issue de la Première Guerre mondiale les États-nations modernes, est une notion spatiale. Déployé sur plusieurs échelles – empires ou États, régions (Galicie, Haute-Silésie, Ruthénie carpatique), villes (Vilnius, Cracovie), bourgades (Buczacz), l’espace des borderlands devra être compris selon les différentes acceptions du terme : confins, marches, zones frontières. Rendre compte de la diversité ethnique, culturelle et religieuse de ces territoires ainsi que des violences de proximité qui s’y déroulent au cours du XXsiècle suppose donc d’intégrer les acquis du « tournant spatial » qui, depuis les années 1980, imprime de nouveaux cadres épistémologiques aux sciences humaines globalement et plus spécifiquement à l’historiographie et à l’histoire, discipline représentée majoritairement par les contributeurs du volume. L’idée d’une étude spécifique des confins a émergé depuis un certain temps déjà dans des travaux interdisciplinaires en Europe et aux États-Unis. En France, elle a notamment donné lieu, en 2005, à un numéro de Cultures d’Europe centrale, La destruction des confins (faisant suite à deux autres, Voyage dans les confins et Le Mythe des confins, publiés respectivement en 2003 et 2004), sous la direction de Delphine Bechtel et Xavier Galmiche. Par rapport à cette initiative pionnière, le volume que nous avons entre les mains élargit la problématique : l’intégration de l’Empire ottoman à la shatterzone a permis de construire une vision diachronique et comparative des violences génocidaires du XXe siècle. Si l’ouvrage ne fait étonnamment aucune mention de ce travail (alors qu’Omer Bartov figurait parmi ses contributeurs), ses auteurs prennent en revanche une position critique, et ce, dès les premières pages de l’introduction, à l’égard d’une autre étude des violences qui adopte une approche spatiale : Bloodlands, Europe between Hitler and Stalin de Timothy Snyder paru en 2010 aux éditions Basic Books (New York). En effet, la violence dans les confins européens ne saurait être imputée seulement au conflit entre l’URSS et l’Allemagne nazie, car elle couvait en amont de ces régimes, souvent engendrée par la situation interne plutôt qu’imposée de l’extérieur. À la différence de Terres de sang, Shatterzone of Empires propose donc une exploration minutieuse à la fois des constructions imaginaires et symboliques et des configurations politiques et économiques.

2Cette exploration des confins prend aussi en compte un autre virage historiographique, à savoir, le recours désormais possible à des sources considérées autrefois comme périphériques telles que discours, perceptions, imaginaires, mémoires subjectives, bref, éléments situés en marge des grands récits. La périphérie est ici bien davantage qu’une notion spatiale, elle se veut aussi donnée épistémologique : il s’agit de repenser, dans l’espace géographique et politique concerné, tout comme dans la hiérarchie des savoirs (entre la grande Histoire et la microhistoire, par exemple) le rapport entre centre et périphérie. Les confins, que même les pouvoirs les plus centralisés ou dictatoriaux ne contrôlent pas totalement, sont ainsi une métaphore d’approches nouvelles. Cette légitimation d’outils vis-à-vis desquels l’historien se montre traditionnellement méfiant est toutefois soumise à une réflexion critique : ainsi l’article d’Omer Bartov, clôturant la quatrième partie sur les violences dans les confins, est basé sur des récits personnels relatant un génocide de proximité à Buczacz, en Galicie orientale, entre 1941-1944. Il en ressort que la prise en compte du témoignage personnel est nécessaire à l’écriture d’une histoire « tridimensionnelle », utilisant des outils de la microhistoire et de l’histoire du quotidien, et attentive à la complexité et aux contradictions qui disparaissent dès lors que l’on privilégie une analyse plus globale. L’étude spécifique de ces documents permet une vision de l’intérieur des communautés ainsi que des incursions dans le passé dont les historiens des violences font souvent l’économie. Toutefois, il ne s’agit pas de céder à l’illusion de saisir les logiques des violences « à la source » : une étude diachronique des confins depuis l’éveil des nationalismes de la fin du XVIIIsiècle jusqu’à nos jours, suppose une approche dynamique des processus sociaux. On échappe à l’écueil théorique de la recherche de l’origine, mais aussi à l’interprétation des violences comme simple exacerbation des pratiques d’exclusion ou de ségrégation instaurées antérieurement ; autant dire que tout est fait pour éviter une lecture mythologique des confins et de leur destruction.

3Zones de liberté dans les empires, les périphéries deviennent facilement des lieux d’instabilité lors de l’éclatement de ceux-ci. Aussi, le passage à l’État-nation est-il questionné tout au long du volume en tant que modalité d’émergence d’une modernité qui, en modifiant en profondeur les configurations sociales, détruit l’équilibre des voisinages complexes. La construction de la figure problématique de l’autre (devenue progressivement objet d’exclusion voire d’extermination) est analysée dans la première partie de l’ouvrage (l’article de Larry Wolf) au prisme des imaginaires impériaux travaillés par l’identité, à partir de récits de voyage où l’on voit les Polonais par les yeux d’un Allemand (Fichte voyageant en 1791), les Allemands par les yeux d’un Polonais à la même époque (Niemcewicz). Ces constructions sont relayées par des mythes en œuvre dans des discours et des pratiques politiques, tel celui des confins orientaux de l’Allemagne perçus à la fois comme entrée dans un territoire menaçant et terre sauvage à civiliser. (Gregor Thum). Mais, avant de devenir une figure hostile, l’autre peut avoir été un « voisin invisible » comme les Juifs à Vilna-Wilno-Vilnius, (Theodore R. Weeks) où, comme dans toute ville multiculturelle, la cohabitation ne repose pas nécessairement sur la tolérance et l’intérêt mutuel, mais aussi sur la négation de l’altérité par des populations considérant chacune le lieu comme le sien. Dans cette même partie, Dan Diner, s’interrogeant sur la situation des Juifs « entre empire et État-nation » depuis le milieu du XVIIIe siècle, conclut à leur inadaptation au nouveau modèle. Si, individuellement, les Juifs sont des acteurs importants de la modernité européenne, en tant que communauté, ils suivent des schémas de la pré-modernité. Confrontées à des apories identitaires avec l’émergence d’une nouvelle conception de citoyenneté et d’identité nationale, ces communautés sont entraînées vers une catastrophe dont l’Holocauste sera la manifestation ultime.

4C’est donc une multiplicité de facteurs, que l’on pourrait définir globalement comme l’avènement de la modernité, qui est convoquée pour comprendre le déclenchement des violences. Dans la deuxième partie consacrée aux espaces impériaux, Gary B. Cohen, puis Peter M. Judson proposent, sur l’exemple de l’Empire austro-hongrois, de se concentrer non sur la nature des mouvements nationalistes et le déclin des empires qui ne peuvent pas les satisfaire, mais sur le rapport entre l’État et la société. Les modalités d’entrée dans la modernité des populations des confins sont globalement repensées. Frithjof Benjamin Schenk montre notamment, en analysant des récits de voyage, comment le chemin de fer, qui permet à la population de l’Empire russe de découvrir la diversité ethnique et religieuse des confins (la zone de résidence juive, en l’occurrence), est aussi un outil aux mains de ceux qui cherchent à déstabiliser la situation politique (groupes terroristes ou auteurs de pogroms) : facteur d’intégration sociale a priori, le train l’est aussi de violence et de désintégration.

5Élément original de l’ouvrage, les ambitions impériales sont envisagées – dans cette deuxième partie, mais aussi dans la troisième, consacrée à l’émergence des discours nationaux dans les confins, et la quatrième, portant spécifiquement sur les violences – sous l’angle du colonialisme. Colonialisme turc (David Gound), manifesté par l’extermination des chrétiens assyriens, chaldéens et syriens de l’Empire ottoman, génocide mal connu à cause de la difficulté à attribuer une identité commune à ces populations qui, à la différence des Arméniens, se trouvaient hors de l’arène politique. Colonialisme russe (Peter Holquist), vu à travers les violences perpétrées par l’armée sur le territoire ottoman et en Perse du Nord (Ourmia et Asterabad). Rappelant les enjeux que constituait le Caucase dans le conflit russo-turc, l’article éclaire les pratiques militaires russes : contrôle du territoire, expéditions punitives, réquisitions massives, déplacements de populations, pratiques vouées à se perpétuer après la révolution dans le but d’intégrer les zones d’influence ou de conflit anciennes au nouvel État soviétique, puis à se généraliser au cours de la Seconde Guerre mondiale. Colonialisme allemand, enfin, qui a pour cible l’Empire ottoman et conduira à la complicité de l’Allemagne dans le génocide des Arméniens et des Assyriens (Eric D. Weitz). La pratique génocidaire a d’ailleurs été testée par les militaires allemands contre les Hereros et des Namaqua en Afrique du Sud-Ouest.

6Si la Première Guerre mondiale offre un terrain d’observation particulièrement riche pour les violences imbriquées dans les confins, elle n’en constitue pas l’origine. Dans l’espace européen et limitrophe, persécutions et déportations ont déjà eu lieu pendant les guerres balkaniques de 1912-1913. La radicalisation du nouveau discours sur l’identité ottomane musulmane, l’exclusion des non musulmans de la communauté nationale qui conduiront, notamment, au génocide des Arméniens, doivent être comprises comme une de leurs conséquences (Eyal Ginio). L’émigration des populations chrétiennes (en l’occurrence, celle des Bulgares) largement encouragée par le gouvernement après la défaite est une étape vers l’idée de nettoyage ethnique. Elke Hartmann montre sur l’exemple des provinces kurdes et arméniennes isolées dans l’est de l’Asie Mineure, comment la fragmentation et la délégation du pouvoir dans les confins contribuent à l’escalade des violences, orchestrées par les États et réalisées souvent par des populations. Toujours dans le sillon des guerres balkaniques, on se penchera sur les massacres commis par des Grecs sur des civils bulgares (Keith Brown), ainsi que sur la valeur anthropologique des sources qui en attestent (lettres de soldats) contestées par les autorités grecques.

7La perpétuation des violences d’une guerre à l’autre fait apparaître (Alexander V. Prusin) les pogroms de 1941, perpétrés par des Polonais et Ukrainiens sur leurs voisins juifs en Galicie occidentale, comme un héritage de la Première Guerre mondiale : pogroms et déportations que l’armée russe commet en 1914-1915, pillages par les locaux des maisons abandonnées. Le « syndrome de Jedwabne » est considéré, là encore, au prisme d’une modernisation qui intensifie les rivalités socio-économiques et politiques.

8Les exécutions de prisonniers par le NKVD en Ukraine au moment de la retraite de l’armée rouge en 1941 ont servi, comme on le sait, de prétexte pour le déclenchement des pogroms anti-juifs. Sur l’exemple de Krakivski visti, quotidien ukrainien publié à Cracovie, John-Paul Himka suit la couverture médiatique internationale de ces crimes pour montrer l’ethnicisation à la fois des victimes et des criminels par les propagandes nazie et ukrainienne. À cet article fait écho celui de Kai Struve, dans la dernière partie de l’ouvrage portant sur rites, symbolisme et identité, qui propose une lecture des violences imbriquées staliniennes et nazies à partir d’investissements symboliques et identitaires de l’espace galicien et des bouleversements sociaux apportés par la révolution russe, à la suite desquels les Juifs, autrefois limités dans leurs droits, accèdent aux structures du nouveau pouvoir.

9Cette dernière partie aborde des questions restées en marge des quatre autres, telles les frontières maritimes dans l’Adriatique Est (Pamela Ballinger) ; le renouveau artistique ukrainien et juif dans les confins apporté par la révolution russe et présentant une étonnante synthèse des aspirations nationales et internationales. On y trouve aussi l’étude d’un cas d’exception : celui de la coexistence interethnique sans violence dans la Ruthénie carpatique (Paul Robert Magosci). Enfin, la dernière contribution, de Philipp Ther, est consacrée aux régionalismes jusqu’à nos jours. L’exemple de la Haute Silésie, germanisée sous la domination allemande, polonisée de force après la guerre, permet ici d’envisager les régions non comme des lieux aux frontières définies, mais des objets de discours, donc des constructions symboliques en perpétuelle transformation.

10On aurait aimé trouver dans ce panorama une étude de la soviétisation des confins qui suivit le partage de la Pologne et de la Roumanie entre l’URSS et l’Allemagne nazie en 1939 et se prolongea après la guerre ; manque tout particulièrement une étude sur la Bessarabie, annexée partiellement à l’URSS suite au pacte Germano-soviétique, puis reconquise par la Roumanie alliée de l’Allemagne nazie, dont l’un des territoires, la Transnistrie, devient alors une zone de déportation et d’extermination.

11Enfin, si les logiques centripètes ou, au contraire, unificatrices sont évoquées à travers la notion de pangermanisme, on regrette l’absence d’une étude du panslavisme qui a joué un rôle tout aussi important notamment dans l’empire des Habsbourg. La guerre civile russe et sa conséquence, la guerre polono-soviétique, génératrices de pogroms à grande échelle, mériteraient également d’être abordées. Toutefois, le livre ne prétend pas à l’exhaustivité et vise surtout la mise en pratique de nouvelles approches : une réalisation avec laquelle il faudra désormais compter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luba Jurgenson, « Omer Bartov, Eric D. Weitz, Shatterzone of Empires », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 193-196.

Référence électronique

Luba Jurgenson, « Omer Bartov, Eric D. Weitz, Shatterzone of Empires », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1624

Haut de page

Auteur

Luba Jurgenson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org