Navigation – Plan du site
Librairie

Boris Pahor, Quand Ulysse revient à Trieste

Anne Roche
p. 200-201
Référence(s) :

Boris Pahor, Quand Ulysse revient à Trieste, traduit du slovène par Jure Kozamernik, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, 2013, 329 p.

Traduction(s) :
Boris Pahor, Quand Ulysse revient à Trieste

Texte intégral

1Il ne se passe apparemment pas grand’chose dans ce roman de Boris Pahor. Septembre 1943, Rudi, le héros, un jeune soldat slovène sous uniforme italien, vient d’apprendre que les troupes sous commandement italien doivent être enrôlées dans les forces allemandes pour combattre les partisans. Comme nombre de ses camarades, il a décidé de déserter. Il échappe aux Allemands en gare de Trieste, puis rejoint à pied un village du Karst proche de son bourg natal. Rejoindra-t-il les maquis dans la montagne, ou la Résistance qui s’organise à Trieste ? La fin du roman nous le montre descendant vers Trieste. Aucune autre action n’a eu lieu, sinon les réflexions du héros.

2Malgré cette apparence presque lisse, le roman est porteur d’informations historiques qui donnent à réfléchir. Les rencontres de Rudi avec de vieux villageois sont l’occasion d’évoquer, dans leurs souvenirs, les débuts du fascisme et de la lutte antifasciste, mais aussi la composante nationaliste slovène : la haine de l’Italie, pouvoir dominant qui dévalorise la culture slovène et interdit l’enseignement de la langue, n’est pas pour rien dans l’antifascisme de certains. Le mépris italien pour les Slovènes est intériorisé par plusieurs personnages, comme Vida, qui a un amoureux italien et ne rêve que d’aller vivre en ville. Et pour s’y opposer, le héros – l’auteur – de retour dans son pays natal, tel Ulysse, fait l’éloge de la nature rude du Karst, qui façonne des hommes et des femmes à son image. Pour un lecteur français, un tel éloge a des connotations fâcheusement vichystes, mais il faut le nuancer : d’abord parce que la « nature » du Karst est mise au service d’une volonté de résistance à l’oppression, et surtout, parce qu’il n’y a pas d’opposition entre ville et campagne. Pas d’équivalent de l’affreux slogan « la terre ne ment pas », puisque le héros, au final, choisit d’aller lutter en ville.

3Le lecteur qui voudrait connaître Trieste serait un peu frustré de cette lecture, puisque la ville reste hors champ. La thématique homérique annoncée dans le titre reste en filigrane. Et l’on peut être plus ou moins sensible à l’analyse psychologique du personnage central, à ses hésitations amoureuses entre Vida la frivole et Majda l’insurgée, ou même aux scènes très vivantes qui touchent au genre du « roman de guerre » (la rafle en gare de Trieste, le silence des deux clandestins dans le tramway.) Mais l’intérêt du livre réside surtout dans cette affirmation du droit des minorités à une existence linguistique et culturelle – affirmation qui exige d’être examinée de près, pour éviter tout risque de confusion avec un quelconque communautarisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Roche, « Boris Pahor, Quand Ulysse revient à Trieste », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 200-201.

Référence électronique

Anne Roche, « Boris Pahor, Quand Ulysse revient à Trieste », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1638

Haut de page

Auteur

Anne Roche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org