Navigation – Plan du site
Librairie

Jean-Pierre Guéno, Les Enfants du silence. Mémoires d’enfants cachés

Jean-Pierre Pisetta
p. 203
Référence(s) :

Jean-Pierre Guéno, Les Enfants du silence. Mémoires d’enfants cachés, Toulouse, Milan, 2013, 87 p.

Traduction(s) :
Jean-Pierre Guéno, Les Enfants du silence. Mémoires d’enfants cachés

Texte intégral

1Ce livre est une adaptation pour enfants de 10 à 12 ans d’un ouvrage paru en 2002 aux éditions Librio et intitulé Paroles d’étoiles. Mémoire d’enfants cachés 1939-1945. Comme l’indique ce sous-titre de la première édition, il présente des récits – sous la forme, parfois, de lettres – d’enfants juifs cachés en France durant la Seconde Guerre mondiale et la déportation de leurs parents, dont la plupart ne sont jamais revenus.

2D’enfants cachés, c’est-à-dire que l’on a cachés, avec les meilleures intentions du monde, mais presque toujours de force, contre leur volonté, après les avoir arrachés à leurs parents ou après que ceux-ci les ont éloignés d’eux. Avec pour résultat, au-delà d’une survie peut-être salutaire, une incompréhension douloureuse et quelquefois insurmontable. Cette souffrance valait-elle mieux que la mort, se demandent certains de ces rescapés, une mort, pour le moins, en compagnie de leurs parents, de leurs frères et sœurs ? La réponse est dans le mal-être qu’ils ont éprouvé pour le reste de leurs jours.

3Les confessions des adultes que sont devenus ces enfants cachés peuvent-elles vraiment être lues par des enfants de 10-12 ans comme le prévoit Jean-Pierre Guéno dans sa préface (la quatrième de couverture annonce même un courageux « dès 10-11ans ») ? On peut en douter, bien qu’un lexique s’efforce de venir en aide aux lecteurs les plus démunis d’informations en matière de persécutions antijuives. La grande littérarité des récits, leurs nombreux sous-entendus en font certes des témoignages raffinés, mais difficilement appréciables dès l’âge mentionné. On sent qu’ils n’ont pas été destinés prioritairement à des enfants et seule une lecture accompagnée, par un instituteur par exemple, pourrait les mettre à la portée d’un lectorat aussi juvénile, sans compter l’atrocité de certains vécus qui risquerait de troubler profondément des esprits encore fragiles.

4En revanche, l’adulte que je suis, grand amateur, par ailleurs, de textes sur l’enfance, les a lus avec beaucoup d’émotion et, se souvenant d’une pensée de Theodor Herzl qui, dans son État des Juifs, affirmait qu’« après une courte période de tolérance, l’hostilité qui poursuit [les Juifs] finit toujours par se réveiller », l’adulte que je suis, donc, a frémi en lisant la réflexion d’une paysanne du Vercors qui avait pourtant caché une enfant juive pendant deux ans : lorsqu’elle annonça à la petite que la France était enfin libérée et qu’elle n’obtint qu’une muette stupéfaction en réponse à ce qu’elle considérait comme une nouvelle fracassante, la brave dame s’exclama : « Ces Juifs ! Ils ne sont jamais contents ! »

5« Après une courte période de tolérance… » Herzl avait-il vu juste ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Pisetta, « Jean-Pierre Guéno, Les Enfants du silence. Mémoires d’enfants cachés », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 203.

Référence électronique

Jean-Pierre Pisetta, « Jean-Pierre Guéno, Les Enfants du silence. Mémoires d’enfants cachés », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1644

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Pisetta

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org