Navigation – Plan du site
Librairie

Jean-Pierre Chrétien, Marcel Kabanda, Rwanda. Racisme et génocide. L’idéologie hamitique

Jean-Pierre Pisetta
p. 205-206
Référence(s) :

Jean-Pierre Chrétien, Marcel Kabanda, Rwanda. Racisme et génocide. L’idéologie hamitique, Paris, Belin, 2013, 379 p.

Texte intégral

1« Le propos n’est pas ici d’épancher une amertume, encore moins d’établir un sottisier », lit-on dans l’introduction du livre de Jean-Pierre Chrétien et Marcel Kabanda, deux historiens en place, mais était-il vraiment nécessaire de commencer cette étude en rabaissant le mérite de tous ceux « qui s’intéressent à cette région sans y avoir été, sans avoir respiré l’air des collines, sans avoir jamais été accueillis dans un enclos… ? » Le catalogue de tous les manques de ces prétendus « faiseurs d’opinion » n’apporte malheureusement rien à la question.

2Cela dit, l’essai n’en reste pas moins excellemment écrit et savamment élaboré. Un génocide ne s’effectue pas sur un coup de tête, ni pour venger un crash aérien, fût-il supposé être l’œuvre de la frange armée d’une population haïe. C’est d’abord la haine suscitée par cette population, haine ensuite instrumentalisée à des fins politiques, qui est le moteur de la tuerie et tout l’intérêt du travail de MM. Chrétien et Kabanda est de faire remonter cette exécration à des théories surprenantes et vieilles de plus d’un siècle d’âge.

3L’idéologie hamitique ou chamitique qui serait à la source du racisme rwandais est née au milieu du XIXe siècle et doit son appellation à Cham, fils de Noé rejeté par son père en raison d’un manque de respect. Selon les penseurs qui la véhiculent, les Hamites étaient « des Caucasoïdes pastoraux arrivés vague après vague, mieux armés et d’esprit plus vif que les agriculteurs nègres à peau sombre » (toutes les citations qui suivent sont tirées des observations ou des théories critiquées par les auteurs). L’Afrique noire aurait donc été colonisée, des siècles, voire des millénaires avant l’arrivée des Blancs, par des « races supérieures venues d’Asie » s’opposant aux « nègres en tant que tels », ces « milliers de gorilles dégrossis qui pullulent et végètent sur un sol pourtant plein de richesses et de ressources. »

4Des Hamites ou Chamites, « tribu perdue d’Israël », descendant d’un Cham réprouvé par Noé : il n’en faudra pas plus pour qualifier de « Juifs africains » (ce n’est pas pour rien que les auteurs du présent ouvrage avaient pensé l’intituler « Du Juif au Tutsi ») ces gens « élancés aux traits fins et sympathiques. »

5L’attrait esthétique constitue ainsi le premier lien entre les explorateurs blancs et ces noirs « nouveaux venus » qui se différencient des nègres « autochtones ». « Il ne nous fallut qu’un instant, écrit John Hamming Speke en 1861, pour comprendre que les gens avec lesquels nous nous trouvions maintenant ne ressemblaient en rien aux grossiers indigènes des districts voisins. » Trente ans plus tard, Stanley renchérissait : « De beaux pasteurs s’occupent de leurs troupeaux et des négroïdes au nez épaté et à la peau très noire s’attaquent au sol avec leurs bêches. »

6Sauf que cette belle prestance a son revers : adulés dans un premier temps parce que les Blancs se reconnaissent un tantinet en eux, ces êtres qui auraient pu être façonnés par le ciseau « d’un Praxitèle » ne se laissent pas – facilement du moins – mener par le bout du nez et leur résistance est bientôt associée à de la fourberie, association à laquelle cèdent volontiers, font remarquer à juste titre les auteurs, tous les colonisateurs. Les Hamites, « classe supérieure chez les Nègres », ont ainsi fait naître, à la fois, une fascination et une méfiance, et leur prétendue « supériorité », théorisée voire judaïsée par les Blancs, va être inoculée par ces derniers dans les rapports sociaux de cet endroit du monde, au point de passer, à la fin, pour la réalité.

7Aussi, près d’un siècle avant le génocide desdits Hamites (appellation savante, donc, des Tutsi), les ingrédients qui vont le provoquer sont déjà en train de mijoter.

8Les autorités ecclésiastiques prennent bientôt le relais des explorateurs et des idéologues ; les Tutsi sont christianisés prioritairement et deviennent les intermédiaires privilégiés entre le pouvoir blanc et le peuple rwandais, constitué, toutefois, en majorité de Hutu.

9Quelques décennies plus tard, en 1959, à la veille de l’indépendance, une « Note sur l’aspect social du problème racial indigène au Rwanda », rédigée par des Hutu, est remise aux autorités coloniales. On y dénonce une double domination : celle des « Hamites » et celle de « l’Européen », cette dernière s’opérant de surcroît par le « canal » des mêmes Hamites.

10Alors que le Congo est agité par une effervescence indépendantiste dont les leaders sont soupçonnés d’avoir des accointances « bolchéviques », l’Église change son fusil d’épaule et soutient les récriminations des Hutu, au grand dam des Tutsi qu’elle avait favorisés jusque-là.

11Ces tensions aboutissent aux affrontements raciaux de la Toussaint 1959, au cours desquels les Tutsi connaissent leurs premiers massacres et qui conduisent, après la « pacification » opérée par la Belgique, à leur éviction de tous les postes de pouvoir.

12La première république, celle de Grégoire Kayibanda, voit le jour en 1962 dans un Rwanda où les Hutu, déjà majoritaires dans la population, le seront également dans toutes les instances dirigeantes pendant une trentaine d’années. La deuxième république, celle de Juvénal Habyarimana, perpétuera la racialisation de la société rwandaise inventée et institutionnalisée par les Blancs : le Tutsi est désormais, unanimement et même historiquement, considéré comme un – comme le seul – envahisseur.

13MM. Chrétien et Kabanda brossent ainsi, par touches et couches successives, le portrait du génocide à venir et, dans les pages où il apparaît enfin dans toute son horreur, une impression de déjà vu nous saisit : le nettoyage du Rwanda par le Hutu Power ressemble en effet – par la méthode (systématique), par l’implication des populations locales (décentrées) qui n’y auraient sans doute pas participé si elles n’y avaient été poussées « de l’extérieur », par l’indication raciale (et unilatérale) d’un ennemi – au nettoyage des pays de l’Est accompli par les Einsatzgruppen durant la Seconde Guerre mondiale. « Judenfrei » clamaient les tueurs nazis dès qu’ils pensaient avoir vidé une région de toute présence juive ; « Tutsifrei » espéraient manifestement pouvoir affirmer eux aussi ces anciens sujets de l’Allemagne (le Rwanda avait été une colonie allemande de 1890 à 1916).

14On regrette cependant que le livre ne donne pas suffisamment la mesure des rétorsions qu’ont subies par la suite les Hutu, notamment ceux qui s’étaient réfugiés au Congo et qui n’étaient pas tous, loin de là, des génocidaires, sans compter que de nombreux Hutu favorables à un partage du pouvoir avec les Tutsi, avant le génocide, ont subi le même sort que ces derniers, ce que MM. Chrétien et Kabanda ne manquent toutefois pas de signaler dès le début du chapitre 9 intitulé Le génocide (avril-juillet 1994) : les mots et les choses : « Sont visés les Tutsi dans leur ensemble et des Hutu de l’opposition identifiés à des “complices”. » (p. 213) Et ce, même si les nombreux massacres de Hutu qui ont suivi le génocide des Tutsi ne peuvent sans doute pas – comme l’affirment les auteurs du livre – être considérés comme un second génocide.

15Enfin, il ne suffit pas de ridiculiser des théories de complots américano-tutsi pour contester l’ingérence des États-Unis dans la région avant ou après le génocide : rappelons-nous le rôle qu’ils ont joué dans l’assassinat de Patrice Lumumba et dans la prise du pouvoir, par Mobutu, dans le Congo voisin pour qu’il apparaisse clairement qu’ils ne pouvaient pas ne pas s’intéresser de près à ce qui se passait au Rwanda. La lutte contre les affinités gauchistes présumées des Tutsi qu’avait menée l’Église catholique aux côtés des Hutu dans les années qui précédaient l’indépendance se devait d’être cautionnée et poursuivie – comme partout ailleurs dans le monde – par les autorités du Nouveau Monde.

16Cela n’enlève rien à la qualité de cet ouvrage qui démontre de façon exemplaire que le racisme – en d’autres termes la peur de ceux qui nous sont étrangers – fait corps avec le genre humain et qu’un savant discours peut, avec le temps et beaucoup de détermination, rendre ce regard porté sur l’autre prépondérant dans les rapports sociaux. Les nazis y étaient parvenus avec les Juifs ; les Hutu y sont parvenus avec les Tutsi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Pisetta, « Jean-Pierre Chrétien, Marcel Kabanda, Rwanda. Racisme et génocide. L’idéologie hamitique », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014, 205-206.

Référence électronique

Jean-Pierre Pisetta, « Jean-Pierre Chrétien, Marcel Kabanda, Rwanda. Racisme et génocide. L’idéologie hamitique », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 119 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://temoigner.revues.org/1653

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Pisetta

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • Revues.org